Les actions en cours

Action d'urgence

Nous entrons dans une période au cours de laquelle tout ce qui a été fait pour scolariser les enfants pourrait être remis en cause par les difficultés qui se présentent : Le pays souffre du changement climatique et le désert progresse, il est entouré de groupes terroristes qui l’isolent encore plus, les populations des pays voisins (Mali, Lybie, Nigeria, Tchad) se réfugient au Niger, mobilisant les ONG et l’ONU pour les secourir.  L’aide internationale  qui venait  soutenir les populations (en particulier en nourrissant les enfants dans les écoles)  se détourne et se redéploye en faveur des réfugiés.

C’est la raison pour laquelle, nous devons solliciter adhésions et dons car le Programme Alimentaire Mondial (PAM) qui nourrissait une partie de nos élèves va arrêter toute distribution pour se  tourner vers d’autres pays (autour de la Syrie en particulier)

Il va nous falloir reprendre à notre compte ces cantines pour que les programmes de scolarisation qui ont si bien fonctionné ne s’écroulent pas.

Nourrir un enfant à l’école, c’est 0.8 € par jour.

Mais nourrir l’effectif de nos écoles pendant l’année qui vient, c’est un budget de 35 000 € pour le restant de l’année scolaire.

Nous avons besoin de l'aide de tous. En adhérant à l’association* et, peut-être, en nous aidant à collecter des fonds ou en faisant un don* vous permettrez de maintenir l’œuvre déjà réalisée. Ces fonds sont strictement contrôlés par nos soins.

Perspectives à court terme (2016)

Des besoins clairement visibles et exprimés tels que relevés par Jérôme Coste, et à la demande du Directeur de Sarsadan, une école en dur est programmée cette année pour remplacer la paillotte. Sources de financement envisagées : ville de Grabels, ville d’Eybens, agence des micro-projets et Conseil départemental 34.

D’autre part, en matière de soutien alimentaire scolaire, l’orientation retenue est que les Amis d’Adkoul, à partir notamment des fonds alloués par la ville de Grabels, prennent en charge totalement Sarsadan (qui n’est pas soutenu par le PAM) à hauteur de 4500 € (soit l’alimentation de 60 élèves pendant 200 jours) et de garder un complément  pour des dépannages suite à retard du PAM dans les autres villages.

 

Perspectives à plus long terme

Dans le débat sur les orientations futures de l’association (dont la détermination est un préalable indispensable à la structuration de l’association) il est rapidement apparu que le contexte dans les villages avait évolué en parallèle de notre action et qu’il devenait difficile de mettre sur pied une vision à moyen terme. En effet, depuis l’époque à laquelle des membres de l’association pouvaient aller sur place, et les besoins étaient assez clairement connus, de nombreux changements sont intervenus. En particuliers d’autres ONG ont mené des projets dans le même périmètre (installation de latrines, etc.)

En conséquence, l’AG décide de mandater Kader Afane (sous réserve de disponibilité) pour recenser les besoins réels en vue d’établir un plan de développement à moyen terme (3 ou 4 ans). Son étude ne devra pas se limiter à un simple recensement des besoins mais également intégrer les interactions des projets avec l’environnement au sens large : incidence d’un puits profond sur le partage de l’eau, le développement du maraichage, etc.

Cette étude devra être préparée et mise en œuvre en concertation étroite avec Adkoul et avec la commune d’Abalak. Cette étude devrait avoir lieu après les élections municipales, prévues durant la seconde quinzaine du mois d’avril.